LAC 2018 – Les invités

Thomas B. Reverdy

 

Né en 1974, le romancier Thomas B. Reverdy se consacre désormais au polar. Il entraîne le lecteur dans des villes situées aux quatre coins du monde, telles que New York (L’envers du monde, Seuil, 2010), Tokyo (Les évaporés, Flammarion, 2013) ou Détroit (Il était une ville, Flammarion, 2015). La grande histoire s’y retrouve : le 11 septembre 2001, ou la catastrophe de Fukushima.

Bibliographie : La montée des eaux, Seuil, 2003. Jardin des colonies, Flammarion, 2017 (avec Sylvain Venayre).

 

Jean-Christophe Bailly, né en 1949

Bailly JC Herman#12D000F

Jean-Christophe Bailly, écrivain, poète, dramaturge, philosophe, enseigne à l’École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois. C’est à partir du poème qu’il oriente son œuvre vers la peinture, l’architecture, la photographie, propices au déploiement de ses géographies littéraires. La ville est un objet particulier de désir : il s’y promène, la pense, la décrit, la rêve, en exalte le langage, la « phrase urbaine » (Seuil, 2013).

Bibliographie : La ville à l’œuvre, Bertoin, 1992. Description d’Olonne, Bourgois, 1992. Le dépaysement. Voyages en France, Seuil, 2011. Une image mobile de Marseille, Arlea, 2016.

Bruce Bégout, né en 1967

Bruce Begout

Bruce Bégout, écrivain, philosophe, traducteur et maître de conférences à l’université Bordeaux III, consacre romans, nouvelles et essais phénoménologiques à l’exploration des lieux communs et du quotidien urbain. Dans son essai Suburbia (Inculte, 2013), il saisit les mutations complexes du paysage de la ville jusqu’aux périphéries, en retrace l’histoire et les dérives, en imagine les devenirs et les extensions infinies.

Bibliographie : Zeropolis, Allia, 2002. Lieu commun. Le motel américain, Allia, 2003. Dériville. Les situationnistes et la question urbaine, Inculte, 2017.

Jean-Noël Blanc, né en 1945

BLANC-droits-réservés

Enfance stéphanoise, études lyonnaises : cet urbaniste rompu aux sciences humaines est à la croisée des chemins et vogue d’un univers à l’autre, arpentant sur son vélo les rues de sa ville imaginaire : Neaulieu. Avec son style libre, parfois brutal et non dénué d’humour, il éclabousse petits et grands dans ses « romans-par-nouvelle » imprégnés par son expérience de voyageur chevronné.

Bibliographie : Hôtel intérieur nuit, HB, 1995. Besoin de ville, Seuil, 2003.

Velibor Čolić, né en 1964

Velibor Colic. Photo C. Helie. Gallimard

Né en 1964 dans une petite ville de Bosnie, Velibor Čolić, chroniqueur radiophonique, écrivain, se réfugie en France au moment de la guerre, en 1992, et s’installe en Bretagne. Passant du serbo-croate au français, il s’attache à décrire l’histoire des hommes au travers des villes : les guerres, depuis 1914, dans Sarajevo omnibus (Gallimard, 2012), les lieux des migrations tziganes dans Ederlezi. Comédie pessimiste (Gallimard, 2014), un foyer de demandeurs d’asiles à Rennes dans Manuel d’exil (Gallimard, 2016)…

Bibliographie : Les Bosniaques : hommes, villes, barbelés, Le Serpent à plumes, 1994.

Florent Couao-Zotti, né en 1964

F. COUAO-ZOTTI

L’œuvre plurielle de Florent Couao-Zotti explore tous les genres : roman, nouvelle, théâtre, bande dessinée… Dans Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au porc de le dire (Le serpent à plumes, 2010), le romancier fait de la ville de Cotonou – ou Coto-trou – une scène de crime, si ce n’est un théâtre de la violence. Un polar noir qui nous fait voyager, avec provocation et humour, dans les bas quartiers et dépeint un univers nocturne aux « multiples saveurs ».

Florent Couao-Zotti a bénéficié d’une résidence DRAC au théâtre du Pélican en 2005-2006, durant laquelle il a encadré des jeunes gens, en collaboration avec le Service Université Culture, pour des écritures sur le thème Mémoires des origines.

Bibliographie : Les Fantômes du Brésil, Ubu, 2006. Sans origine fixe, Théâtre du Pélican / SUC, 2006.

Cécile Coulon, née en 1990

Cécile COULON ® Antoine Roze

Née à Clermont-Ferrand, Cécile Coulon publie pour la première fois en 2007 avec Le voleur de vie. Son écriture s’inspire d’abord des lieux où vient s’inscrire une histoire. Dans son dernier roman, Trois saisons d’orage (Viviane Hamy, 2017), c’est le massif montagneux des Trois-Gueules et son village qui nous entraînent dans une réflexion sur le choc entre la ville et la campagne, entre les « ambitions humaines » et les forces d’une nature à jamais indomptable.

Bibliographie : Les grandes villes n’existent pas, Seuil, 2015. Le cœur du pélican, Viviane Hamy, 2015.

Didier Daeninckx, né en 1949

Daeninckx – Alain Seux

Ouvrier, imprimeur, animateur culturel puis journaliste localier durant une quinzaine d’années, Didier Daeninckx s’attache à analyser dans son œuvre littéraire des thématiques sociales, politiques et historiques. Les récits de Main courante et autres lieux (Verdier, 1994) voyagent de Paris, en pleine vague d’attentats, en Afrique, dans le sillage du Paris-Dakar, à Madagascar…. à n’importe quelle heure, n’importe où, des trajectoires se brisent, des destins basculent. Dans Retour à Béziers (2014), la ville de Béziers vue à travers ses exclusions, et ses périphéries, reflète des questions contemporaines, telles que le rejet des immigrés, la paupérisation de la ville entraînant des conséquences politiques dramatiques : la montée du nationalisme.

Bibliographie : Meurtres pour mémoire, Gallimard, 1983. Octobre noir (avec Mako), AD libris, 2011. Un parfum de bonheur, Gallimard, 2016.

Claude Eveno, né en 1945

EVENO – (c)Mathieu Bourgois

Urbaniste, essayiste, nouvelliste, cinéaste, professeur d’urbanisme, et président de la Maison des écrivains et de la littérature, Claude Eveno a également été le rédacteur en chef de Monumental, revue scientifique et technique des monuments historiques. L’espace architectural urbain et le paysage, en particulier parisien, constituent un thème majeur de son écriture.

Bibliographie : Carnet de villes, L’Imprimeur, 1994. Un monde avant, Christian Bourgois, 2013. L’humeur paysagère, Christian Bourgois, 2015. Revoir Paris, Christian Bourgois, 2017.

 

Joëlle Jolivet, née en 1965

JOLIVET-crédit-JOELLE-JOLIVET

Diplômée en graphisme et en lithographie, l’illustratrice Joëlle Jolivet allie gravure et typographie. Un trait simple, une pointe d’humour, de malice et de poésie, un goût pour le détail et le noir et blanc font le charme de ses illustrations pour la jeunesse. Elle consacre à sa ville natale un reportage graphique au regard décalé : Vues d’Ivry (Cornélius, 2001).

Bibliographie : Rapido dans la ville, avec Jean-Luc Fromental, Hélium, 2011. À Paris, avec Ramona Bădescu, Les Grandes Personnes, 2014.

 

Jacques Jouet, né en 1947

(c)Isabelle RAVIOLO (POL)

Dramaturge, essayiste, nouvelliste, poète, romancier français et artiste plasticien, Jacques Jouet se veut écrivain « tout-terrain ». Membre de l’Oulipo (l’Ouvroir de littérature potentielle fondé par François Le Lionnais et Raymond Queneau) depuis 1983, il fait partie des écrivains-chercheurs explorant différentes formes littéraires. Il anime avec d’autres Oulipiens l’émission de France Culture Des Papous dans la tête. Dans Poèmes de Paris, une anthologie à l’usage des flâneurs (2014), Jacques Jouet compose des poèmes dont les vers conduisent le lecteur à contempler Paris sous ses différents aspects : son histoire révolutionnaire, ses pavés, ses parcs et sa beauté.

Bibliographie : Regarde, les poissons des villes, Passage piétons, 1998. Poèmes de métro, P.O.L, 2000. Rendez-vous dans ma rue, Passage piétons, 2001. En ville, je peux ?, Passage piétons, 2004. À Lorient, Jacques Jouet et Jacques Roubaud, Apogée, 2010. Agatha de Beyrouth, avec les illustrations de Zeina Abirached, Cambourakis, 2011. L’Oulipo court les rues (de Paris) – DVD, P.O.L, 2012.

Dominique Kalifa, né en 1957

Spécialiste de l’histoire du crime et de ses représentations au XIXe siècle et premier XXe siècle, Domnique Kalifa est professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne où il dirige le Centre d’histoire du xixe siècle. Les Bas-fonds : histoire d’un imaginaire (Seuil, 2013) a remporté le Prix Mauvais genres et le French Voices Award 2016.

Marie-Hélène Lafon, née en 1962

Marie-Hélène Lafon

Romancière, professeur agrégée de lettres classiques à Paris, Marie-Hélène Lafon publie son premier roman Le soir du chien en 2001. Ses romans puisent dans « les pays » du Cantal et restituent toute la tension qui jaillit entre deux mondes, l’un rural, l’autre urbain. Dans Nos vies paru en 2017, l’invention se place uniquement dans l’univers citadin. L’écriture s’attache alors au travail du rythme, avec le désir de dire la ville dans toute « sa promiscuité, sa minéralité » et « sa trépidance ».

Bibliographie : Aux éditions Buchet/Chastel, Mo (2005), Les pays (2012). Gordana (Chemin de fer, 2012).

 

Hervé Le Tellier, né en 1957

Hervé le Tellier®F. Mantovani

Auteur de romans, de nouvelles, de poésie, de théâtre, de formes très courtes, souvent humoristiques, Hervé Le Tellier a été journaliste, mathématicien, enseignant. Entré à l’Oulipo en 1992, il anime avec d’autres Oulipiens l’émission de France Culture Des Papous dans la tête. Ses Sonates de bar (Seghers, 1991) mettent en scène la vie d’un petit bar de quartier. Métaphore de l’être et du monde, la ville est au centre de L’Herbier des villes (Textuel, 2010), où le poète met en lumière des objets du quotidien urbain.

Bibliographie : Cités de mémoire, Berg International, 2002. Eléctrico W, J-C Lattès, 2011. Joconde jusqu’à 100 : et plus si affinités, Castor Astral, 2012. Toutes les familles heureuses, J-C Lattès, 2017. Vidéo : Traverser Paris, avec Jean-Baptiste Decavèle, 2008.

 

Michel Lussault, né en 1960

Lussault ® A di Crollalanza

Spécialiste de géographie urbaine, professeur à l’École Normale Supérieure de Lyon, Michel Lussault réfléchit aux relations de l’individu avec son espace de vie, à l’urbanisation mondiale, ses acteurs, ses processus et ses représentations. Il a dirigé avec Jacques Lévy le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (2003).

Bibliographie : Hyper-lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation (Seuil, 2017), De la lutte des classes à la lutte des places (Grasset, 2009).

 

Olivier Mongin, né en 1951

Philosophe, écrivain, essayiste, directeur de la revue Esprit (1988-2012), Olivier Mongin s’interroge sur la mondialisation, Dans La peur du vide. Essai sur les passions démocratiques (Seuil, 1991), il accorde une grande importance aux lectures artistiques (roman, scène, cinéma) pour comprendre les métamorphoses majeures du monde contemporain.

Bibliographie : Vers la troisième ville ?, Hachette, 1995. La ville des flux. L’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine (Fayard, 2013).

 

Marie NDiaye, née en 1967

NDIAYE-(C)Catherine Heülie

Romancière et dramaturge, Marie NDiaye reçoit le prix Goncourt en 2009 pour son roman Trois femmes puissantes (Gallimard, 2009), récit de la vie de trois femmes en mouvement entre France et Afrique, entre retour aux origines, pauvreté et quête d’elles-mêmes. Rosie Carpe (Gallimard, 2001) nous emmène dans un quotidien fade, d’errance entre la province où l’héroïne grandit, Paris où elle travaille et finalement la Guadeloupe où elle retrouve sa famille.

Bibliographie : La sorcière, Editions de Minuit, 1996. Mon cœur à l’étroit, Gallimard, 2007. Ladivine, Gallimard, 2013. La cheffe, Gallimard, 2016.

 

Florence Pazzottu, née en 1962

Florence Pazzottu

Attachée à ses racines phocéennes, Florence Pazzottu, auteur en résidence au SUC en 2017-2018 (DRAC Auvergne Rhône Alpes), est à la fois poète, pamphlétaire, vidéaste et rédactrice. De nombreuses collaborations artistiques guident son œuvre vers des formes artistiques composites et cosmopolites, ouvertes aux villes du monde.

Bibliographie : La place du sujet, L’Amourier, 2007. Frères numains, Al Dante, 2016.

 

Patrick Pécherot, né en 1953

PECHEROT Patrick (c) J Sassier Gallimard NetBL

Journaliste, écrivain, scénariste, Patrick Pécherot alterne récits pour la jeunesse, nouvelles, bandes dessinées et roman noir. En 2002, il obtient le Grand Prix de la littérature policière pour Les brouillards de la Butte (Gallimard, 2001), portant sur le Paris populaire de l’entre-deux guerres. Son Petit éloge des coins de rue (Gallimard, 2012) aborde les détails urbains comme des passerelles permettant d’accéder à d’autres histoires.

Bibliographie : Terminus Nuit, Série noire, 1999. Ciao Pékin (avec Jeff Pourquié), Casterman, 2003. La saga des brouillards. Trilogie parisienne, Gallimard, 2014.

 

Benoît Peeters, né en 1956

PEETERS (c) Isabelle Franciosa

Auteur d’une œuvre polymorphe, Benoît Peeters s’est illustré dans les genres de la biographie, la bande dessinée, le roman et l’essai, mais aussi dans le cinéma, la télévision, le théâtre radiophonique, le roman-photo et en tant que directeur des éditions Les Impressions nouvelles. Dans la série de bande dessinée Les cités obscures (Casterman, depuis 1983), il livre, avec le dessinateur François Schuiten, ses descriptions de villes imaginaires – Brüsel, Pahry, Urbicande, Xhystos –. Les deux auteurs représentent une ville futuriste, au XXIIe siècle, dans Revoir Paris (Casterman, 2014). Et l’œuvre de Benoît Peeters voyage aussi dans des villes réelles, telles que Prague…

Bibliographie : Villes enfuies, Les Impressions nouvelles, 2007. Le guide des Cités, Benoît Peeters et François Schuiten, Casterman, 2011.

 

Emmanuelle Pireyre, née en 1969

PIREYRE (c) Patrice Norman

 

« Chaque mois de septembre, se tient dans la Grande Halle une Foire internationale » : ce préambule aux microfictions de Foire internationale (Les petits matins, 2012) nous entraîne dans l’univers polymorphe d’Emmanuelle Pireyre, auteure, performeuse, lauréate du prix Médicis en 2012 pour son roman Féerie générale (L’olivier, 2012). Humour et fantaisie permettent d’approcher la complexité des espaces urbains contemporains en mêlant fiction et invention poétique, formes écrites et interventions publiques.

Bibliographie : Mes vêtements ne sont pas des draps de lit, Nadeau, 2001. Comment faire disparaître la terre ?, Seuil, 2006.

J’ai nettoyé une phrase de Marguerite Duras. Texte paru dans Tours et détours en bibliothèque, Collectif, Presses de l’ENSSIB, 2012.

Philippe Rahm, né en 1967

Rahm (c) Photo Gabriele Demarin Artemide

Sensualisme, météorologie et développement durable s’unissent dans l’œuvre de l’architecte suisse Philippe Rahm, dans le courant de « l’architecture atmosphérique ». Cette alliance est perceptible dans Météorologie des sentiments (Petits matins, 2015), un recueil de textes brefs à valeur autobiographique où la ville se découvre dans la virtuosité descriptive de l’auteur. Philippe Rahm a collaboré avec l’écrivain Alain Robbe-Grillet pour Météorologie d’intérieur (Centre d’architecture, Montréal, 2007).

Bibliographie :

Architecture météorologique, Archibooks, 2009. Constructed Atmosphères, Postmedia Books, 2014.

 

Jean Rolin, né en 1949

Rolin®Gilles_Mingasson

Saint-Nazaire, Le Havre, Calais, Dunkerque, Marseille dans Terminal Frigo (P.O.L., 2005), les portes de Saint-Ouen et d’Aubervilliers dans La clôture (P.O.L., 2002), Milledgeville aux confins de la Georgie dans Savannah (P.O.L., 2015), en passant par Los Angeles et la banlieue de Moscou : Jean Rolin, écrivain voyageur, journaliste, déploie en ces multiples lieux urbains une écriture à la fois documentaire et poétique et un art de la description saisissant des mondes qui disparaissent.

Bibliographie : La ligne de front, La Table Ronde, 1988. Zones, Gallimard, 1995. L’Organisation, Gallimard, 1996. Les événements, P.O.L., 2015, Le traquet kurde, P.O.L., 2018.

 

Anne Savelli, née en 1967

SAVELLI_stefan schopferer(2)

Née en 1967 à Paris, Anne Savelli a travaillé dans de nombreux domaines : audiovisuel, journalisme, documentation, informatique. Ses blogs ateliers ménagent une large place à la ville comme lieu du regard, décor hétérogène et lieu d’expérimentation : Fenêtres/Open space, sa première œuvre publiée (Les Mots et le reste, 2007), qui se présente comme un journal de métro aérien ; Dans la ville haute, depuis 2010, qui présente un homme dans différents lieux à travers des photographies, un journal de bord et des fichiers audio.

Bibliographie : Des Oloé, espaces élastiques Où Lire, Où Ecrire, D-Fiction, 2011. Décor Lafayette, Inculte, 2013. Décor Daguerre, L’Attente, 2017.

 

Etienne Schréder, né en 1950

SCHREDER-D.R.

Après des études de droit et de criminologie, Étienne Schréder a travaillé dans le milieu pénitentiaire. Ce n’est qu’en 1990 qu’il devient dessinateur et scénariste. En 2008 paraît Amères saisons, aux éditions Casterman, bande dessinée autobiographique sur son errance dans les rues de Bruxelles, après la perte de son premier métier. Depuis 2010, Étienne Schréder collabore avec Antoine Aubin pour les albums Blake et Mortimer.

Bibliographie : Le secret de Coimbra, Arboris, 1994. Le vol d’Icare, Glénat, 2003. Ecce Homo, Glénat, 2004, Crónicas urbanas (Chroniques urbaines), Bruxelles, Maison Autrique, 2010, Soñar la Habana (Rêver la Havane), Bruxelles, Maison Autrique, 2014.

 

Philippe Simay, né en 1972

Philippe Simay (c) 2013 Pierre-Olivier Deschamps

Comment habitons-nous le monde ? Quelles sont les relations entre la ville, le corps et les sens ? Docteur en philosophie, Philippe Simay explore ces rapports sensibles que nous entretenons avec la ville et a dirigé de nombreux collectifs et numéros de revue sur les capitales de la modernité, métropoles, les « urban studies », les enfants dans la ville, le Grand Paris… Il enseigne, à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, la métropole moderne, l’architecture, l’écologie.

Bibliographie : Le choc des métropoles : Simmel, Kracauer, Benjamin (avec Stéphane Füzesséry), L’Éclat, 2008. « Droit de cité », Rue Descartes, n° 63, PUF, 2009. Le pont transbordeur de Marseille. László Moholy-Nagy (avec Olivier Lugon et François Bon), CIPh/INHA, Orphis, 2013.

 

Joy Sorman, née en 1973

Sorman © Hermance Triay

Les représentations urbaines parcourent en profondeur l’œuvre de Joy Sorman, née à Paris. On observe dans ses textes le face à face entre la ville, « ce biotope de béton, de pierre de taille et de zinc », et les organismes humains qui y évoluent, se définissant dans une transformation perpétuelle, y compris au sein de L’inhabitable (Alternatives, 2011, avec Eric Lapierre).

Bibliographie : Gros œuvre, Gallimard, 2009. Paris Gare du Nord, Gallimard, 2011. La discothèque, Incipit, 2017.

 

Philippe Vasset, né en 1972

VASSET Philippe, Paris, 2016 (c) Richard Dumas

Diplômé dans les domaines aussi variés que complémentaires que sont la géographie, la philosophie et les relations internationales, ce romancier et journaliste est aussi le co-fondateur de l’Atelier de géographie parallèle, collectif artistique qui cherche à répertorier les zones blanches, inconnues des cartes IGN. Dans son roman Un livre blanc (Fayard, 2007), il a exploré ces aires délaissées, en mêlant cartographie et fiction, pour constituer une œuvre inédite, à l’écriture qu’il définit comme « spatiale ».

Bibliographie : Carte muette : Machine II, Fayard, 2004. La conjuration, Fayard, 2013. La légende, Fayard, 2016.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *